Kidnapping : face à l’impuissance du régime de facto haïtien, les autorités dominicaines envisageraient une Opération militaire pour ramener 2 de leurs citoyens kidnappés samedi en Haïti en compagnie d’un traducteur haïtien

Written by on February 23, 2021

Santo-Domingo, 22 fevrier 2021, AHP- Le ministère dominicain de la défense aurait décidé d’entreprendre une action militaire pour sauver des Dominicains enlevés en Haïti. Six équipes de l’Unité anti-terrorisme (UCT), composées chacune de cinq officiers hautement qualifiés, auraient déjà été envoyées à la frontière, au point de passage de Jimani.
Selon des informations confidentielles obtenues par le journal Acento.com, les unités UCT disposeront d’un soutien aérien et terrestre, et les soldats seront protégés par des gilets et des casques spéciaux pour ce type d’opération, en plus du soutien d’agences telles que le Département national des enquêtes (DNI) et les unités de renseignement connues sous les noms de J-2 et G-2, ainsi que des informateurs haïtiens qui ont soutenu le travail de renseignement dans l’effort de sauvetage qui devrait être entrepris dans les heures à venir.              Acento aurait également reçu l’information que chaque équipe UCT a des snipers et du personnel d’assaut. Tout au long de la journée de ce lundi, l’appareil militaire dominicain, coordonné par le ministère de la Défense, a connu une activité intense, en plus du travail réalisé au niveau diplomatique. Les autorités haïtiennes souvent accusées de complicite dans la formation des gangs et le phénomène du kidnapping, ont exprimé leur inquiétude et leur solidarité avec les autorités dominicaines et les familles des personnes enlevées, mais n’ont aucun plan sur la manière de garantir la vie des Dominicains aux mains des gangs criminels haïtiens.
Le journal a appris que le gouvernement dominicain a entamé des négociations avec les autorités haïtiennes pour obtenir le sauvetage en vie des victimes des kidnappes. Cependant, la crise politique haïtienne rend le gouvernement encore plus inefficace. L’opposition haïtienne et la quasi totalité des institutions du pays réclament le départ du président Jovenel Moise, faisant savoir que son mandat a pris fin depuis le 7 fevrier 2021, sur la base de l’article 134-2 de la constitution. Pas plus tard que ce lundi, le Conseil de sécurité des Nations unies a discuté de la crise haïtienne, et il ne semble pas y avoir de consensus sur la prolongation du mandat du président Jovenel Moise pour une année supplémentaire, en vue supposément d’organiser des élections présidentielles.
Le gouvernement dominicain rassemble des informations et, dans les prochaines heures, il devrait les envoyer au Congrès dominicain pour demander l’autorisation d’une opération de sauvetage de citoyens dominicains en dehors du territoire dominicain, dans laquelle seraient impliqués des chars d’assaut blindés de type B-150, en plus de la possibilité d’utiliser des opérations aéroportées.
Parmi d’autres informations reçues par le journal, on peut lire que des bateaux d’interception seraient utilisés et déployés sur la côte sud du pays, entre la province dominicaine de Pedernales et la ville haïtienne de Jacmel.
Pour la première fois depuis de nombreuses années, le ministère de la défense prévoit une opération de sauvetage militaire sur le territoire haïtien, où des gangs criminels et des délinquants accusés par l’opposition d’être à la solde du pouvoir pour s’emparer de zones territoriales et déclencher des enlèvements et des agressions contre des entreprises et des groupes, sans que le gouvernement haïtien ne puisse rien faire.
Haïti n’a pas d’armée mais seulement une force de police jugée très politisée. Le pays subit les conséquences d’une violence de plus en plus puissante, développée par la faiblesse du gouvernement et par la puissance des bandes paramilitaires dont le G9 en famille, les 400 mawozo et autres
Officiellement, les autorités dominicaines n’ont fait état d’aucune opération, et en ce qui concerne l’enlèvement des Dominicains, il y a officiellement peu ou pas d’informations. Toutefois le présentateur de Télévision dominicain d’origine cubaine, Roberto Cavada citant une source anonyme affirme que le president Luis Abinader a ordonné cette opération. A signaler qu’ avec l’ aggravation de la crise politique en Haïti le Ministère de la défense avait déjà déployé plus de 7,500 effectifs sur la ligne frontalière.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Continue reading

Current track

Title

Artist